10h45

Comment éradiquer le SRRP chez soi à un coût raisonnable (Santé)

 

L’éradication du virus SRRP dans les maternités fonctionne bien quand les règles de base sont bien suivies.  Dans les troupeaux de type naisseur-finisseur, il a longtemps été pensé qu’il était impossible de le faire sans dépeuplement du troupeau.  Avec le temps, différentes tentatives ont été faites pour mieux contrôler le virus dans ce genre d’élevage et ainsi, diminuer les coûts de production.  Dans cette présentation, on verra quels sont les éléments liés au succès de l’éradication du SRRP en maternité et chez les naisseurs-finisseurs ainsi que comment réussir une éradication au moindre coût.

 

François Cardinal, DMV, M. Sc.
Services vétérinaires ambulatoires Triple-V inc.

Dr François Cardinal a obtenu son diplôme de médecin vétérinaire de la Faculté de Médecine Vétérinaire de l'Université de Montréal en 1999.

Il a dès lors débuté sa pratique exclusivement dans le domaine du porc chez les Consultants Avi-Porc.  En 2003, il a complété une maitrise en épidémiologie à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l'Université de Montréal.

L’établissement vétérinaire dont il est copropriétaire aujourd’hui, Services Vétérinaires Ambulatoires Triple-V inc., regroupe douze médecins vétérinaires qui se spécialisent en médecine des grandes populations animales.

Ses principaux champs d’intérêt sont la réduction des coûts de production ainsi que le contrôle et l’éradication des agents pathogènes à grands impacts économiques.  Ainsi, Dr Cardinal s’est impliqué dans différents comités provinciaux, canadiens et américains depuis 1999, la grande majorité en lien avec le contrôle des maladies épidémiques comme le Circovirus, le SRRP et la DEP.

Aujourd'hui, en plus de s’occuper du suivi de santé de troupeaux de producteurs indépendants et intégrés, il est responsable des opérations de production du Porc Nagano (400 000 porcs par année), responsable du projet de contrôle et d'éradication du SRRP en Montérégie (Clé-Montérégie), vice-président du Réseau Santé Sud-Ouest et chef de l'équipe technique santé de l’Équipe québécoise de santé porcine (EQSP).

INSCRIVEZ-VOUS